La migration des oies blanches

Le débordement du Lac St-Pierre et les milieux humides exceptionnels offrent des conditions de vie favorables au développement de diverses espèces, dont les sauvagines.

À chaque printemps vers la fin du mois de mars, les oies blanches volant en direction de la Terre de Baffin s'arrêtent dans les champs de Baie-du-Febvre afin de faire le plein d'énergie. Elles se nourrissent du grain resté dans les champs après la moisson. Des milliers de visiteurs viennent admirer le spectacle grandiose des envolées de ces oiseaux magnifiques.

Ce site (RAMSAR) est reconnu comme Réserve de la Biosphère par l'UNESCO

Mercredi 18 avril 14h.30

L'état de la migration des quatre ou cinq  derniers jours ne passera pas à l'histoire. Hier vers 14h, sur tout le territoirre de Baie-du-Febvre, on a dénombré...29 oies blanches. Cet après-midi à la même heure, on est près du 150 000 oies. La migration continuera jusqu'au début de mai avec une fluctuations de la population selon la température et surtout le bon vouloir des oies blanches.

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Vendredi 13 avril 19h.30

La température annoncée pour demain, le  samedi 14 avril , n'a rien pour modifier le comportement des oies de façon importante. Cependant, les vents pourraient être importants. Alors, nous suggérons aux visiteurs de se vêtir en conséquence. 

||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||/////////////////

Vendredi 13 avril

Avant l'envolée matinale ce matin, à 6h.15, un décompte révèle une population  d'environ 125 000 à 150 000 oies dans le secteur de Baie-du-Febvre. Il faut aussi souligner que les canards de diverses espèces sont de plus en plus nombreux. Les étangs sur la route Janelle sont sous couvert de glace à environ 80 %. On ne sait trop encore jusqu'à quel point la température sera sévère. Cette tempête annoncée peut occasionner une diminution plus ou moins importante de la population. Mais si un certain nombre nous quitte, les oies reviendront dès le beau temps. Il faut une solide intempérie pour les déranger car cet oiseau démontre une endurance vraiment remarquable. 

--------------------------------------------------

Jeudi 12 avril

Depuis dimanche, la population n'a pas évolué de façon importante. Nous indiquons ici l'état de la migration lorsqu'elle évolue de façon sensible. On nous permettra de rappeler qu'il est important d'être chaudement vêtu. Les vents sont presque toujours présents à cette période de l'année autour du Lac St-Pierre. 

Dimanche 8 avril

Au cours des 24 dernières heures, les champs de Baie-du-Febvre ont fait le plein d'Oies blanches. De vendredi à cet après-midi, on est passé de 45 000 à 175 000 individus. Les nombreuses envolées spontanées sont toujours aussi spectaculaires. 

++++++++++++++++++++

Vendredi 6 avril

La population des Oies blanches est restée sensiblement la même au cours des dernières 24 heures. Il est plutôt improbable qu'il va s'en ajouter de façon significative  dans les prochaines heures. 

***********************

Jeudi 5 avril 

Décidément, les oies n'ont pas apprécié la dernière tempête, pas plus que nous d'ailleurs. Cet après-midi, on en comptait au plus 40 000 dans les champs à l'est du village. Quand les vents vont cesser  et que le mercure sera au-dessus de zéro, elles seront certainement de retour. Il est trop tôt pour prévoir ce à quoi ressemblera la fin de semaine côté migration.

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

Lundi 2 avril -  Cet après-midi, on puvait compter au moins 175 000 oies blanches à Baie-du-Febvre . La majorité  se trouvaient dans le champ juste à l'ouest de la route Janelle. Quelques envolées spontanées on fait s'agiter les lentilles de tout format. 

________________________________

Samedi 31 mars

RETOUR EN FORCE.--Les oies qui avaient quitté sont revenues, mais elles n'étaient pas seules. Cet après-midi on pouvait compter au moins 75 000 oies blanches. La plupart s'étaient posées à l'ouest de la route Janelle. Les mouvements étaient fréquents. Sous un ciel bleu azur, il y avait de quoi titiller les lentilles. 

Vendredi 30 mars 2018

Un certain nombre d'oies nous ont quittés depuis hier. Cet après-midi, on pouvait estimer le groupe de 15 000 à 20 000 oies dans les champs. Ce n'est rien d'anormal. LE CENTRE D'INTERPRÉTATION est ouvert du mercredi au dimanche de 10h. à 16h.  EXCEPTIONNELLEMENT, IL SERA OUVERT LE LUNDI DE PÂQUES.

*******************************

Jeudi 29 mars 2018 -- 

Pas moins de 30 000 oies sont arrivées cet avant-midi. La migration est définitivement en route.

Pour le moment, elles semblent s'accomoder du fait qu'il n'y ait pas encore de nourriture disponible à cause du couvert de neige.  La pluie annoncée devrait combler un peu cette carence.

************************

Mardi 27 mars 2018 - Nous attendons impatiemment l'arrivée des oies blanches. Les aires de repos et les champs sont encore sous couvert de neige ou de glace. Depuis 2002, la date d'arrivée la plus tardive a été le 4 avril 2014. 

Vous désirez davantage d'informations: info@oies.com  ou par téléphone au 819-519-6422 ext. 3. Mais, pour savoir à quelle date il y a le plus d'oies ou, si la fin de semaine prochaine il y aura beaucoup d'oies...nos prévisions pourraient valoir les vôtres. 

En consultant les données contenues sur le site internet, vous trouverez probablement réponses à vos questions. 

Nous vous informerons, le moment venu, de la date d'ouverture du Centre d'interprétation qui coïncidera d'ailleurs avec l'arrivée des oies.

ET BENVENUE À BAIE-DU-FEBVRE

***********

Au cours de la présente saison de la migration, nous allons faire un suivi de l'évolution des allées et venues des oies.  

Baie-du-Febvre a hâte d'accueillir les observateurs et ornithologues québécois.

Pourquoi Baie-du-Febvre ?

Chaque année, de mars à mai, Baie-du-Febvre accueille près de 500 000 oies blanches en migration vers leur lieu de nidification.

Le long périple migratoire (environ 5 000 km.) nécessite une considérable somme d'énergie sous forme de graisse. Les denticules de son bec lui permettent de couper dans le sol les racines de rhizomes des plantes dont il se nourrit. Les résidus des récoltes de maïs, laissés dans les champs l'automne précédent, sont des sources privilégiées d'énergie.

La plaine inondée, à la fonte des neiges, constitue un environnement sécuritaire. L'oie peut se placer à l'abri de ses prédateurs terrestres naturels tels le coyote et le renard roux.

Bref, l'Oie Blanche trouve à Baie-du-Febvre, chaque printemps, des aires de repos et de la nourriture pour plusieurs jours avant de continuer sa longue migration qui l'amènera, au début de juin, dans son aire de nidification. De la qualité de son séjour à Baie-du-Febvre dépend, en bonne partie, le succès de la nidification.

Pour en savoir davantage :

Comportement des oies

Certains visiteurs se disent parfois déçus de ne pas avoir vu de grands rassemblements d'oiseaux. Personne ne peut prévoir exactement leur comportement ni le moment où elles seront présentent dans la plaine inondée du lac St-Pierre.

Leurs déplacements quotidiens sont influencés par les facteurs climatiques tels le vent, la pluie, la disponibilité de la nourriture dans les champs etc. Les journées ensoleillées, elles quittent les plans d'eau le long de la route 132 dès le lever du soleil pour y revenir au milieu de l'avant-midi. Elles quitteront à nouveau vers 16 h et reviendront en soirée. Les journées d'intempéries, vent, pluie, elles ne reviennent pas au cours de la journée mais seulement le soir.

Leur retour, le soir, est un moment magique, mais davantage étendu dans le temps. Ce retour débute environ une heure avant le coucher du soleil pour se poursuivre presque aussi longtemps après le crépuscule. Il faut avoir assisté au moins à leur envolée matinale. On peut y voir des milliers d'oiseaux s'envoler en même mouvement.

À plus d'un égard, Baie-du-Febvre se veut un lieu privilégié d'observation de l'oie blanche. Pas de frais d'admission ni de chaussures à toute épreuve. Seulement des vêtements confortables. Les aires de repos sont situées à quelques centaines de mètres le long de la route 132 ou de la route Janelle. Les visiteurs ne doivent pas s'avancer dans les champs afin de respecter la période de repos très précieuse pour ces magnifiques oiseaux.