Très décevant
2014-04-19

Une tournée des aires de repos des oies avant le lever du soleil ce matin s'est avérée très décevante. Dans les champs longeant la route 132, là où on peut habituellement les observer, on n'en comptait pas 5 000. Pourquoi? Possiblement à cause du niveau d'eau anormalement élevé dans cette zone. Jeudi on en comptait encore au moins 150 000. Il serait surprenant que la migration se soit arrêtée de façon aussi radicale et surtout IMPRÉVISIBLE.  

Pourtant, du côté ouest de la route Janelle, on peut en distinguer au moins 75 000. Mais il faut une lunette d'approche pour les apprécier. 

ELLES SONT DE RETOUR
2014-04-19

Une visite des aires de repos après dîner nous a permis de constater le retour des oies (elles avaient découché). On peut encompter enviro 150 000. La période du déclin de la migratin s'amorce graduellement. 

Note: les étangs de la route Janelle = premier étang complètement dégelé, mais aucun canard. Second étang, à découvert à 30 %.

De toute beaut¿¿
2014-04-16

C'était, mercredi, une journée idéale pour admirer les déplacements des oies blanches, particulièrement en après-midi sous le soleil. À certains endroits, ils étaient par centaines à quelques mètres à peine de la route.  La neige n'a pas semblé perturber les oies. On est toujours entre 200 000 et 225 000 individus dans la plaine inondée. ¿

La migration est dans sa phase la plus intense et devrait se continuer ainsi au cours des 8 à 10 prochains jours.

Y a-t-il encore des oies?
2014-04-16

Mais oui...

Bon, les distinguer avec les labours enneigés est une autre histoire.  Nous verrons cet après-midi à quoi pourrait ressembler la situation. 

225 000
2014-04-13

Toutes nos excuses. Sur notre annotation d'hier, il aurait fallu 225 000 et  non 125 000. Une impardonnable erreur typographique et une mauvaise relecture avant publication.

Beaucoup d'oies
2014-04-12

Un décompte des oies avant le lever du soleil nous permet d'estimer la population d'oies blanches à environ 125 000 individus. L'envolée matinale n'a pas été spectaculaire puisque les oiseaux se sont envolés par petites bandes.

Beaucoup d'oies
2014-04-12

Un décompte des oies avant le lever du soleil nous permet d'estimer la population d'oies blanches à environ 125 000 individus. L'envolée matinale n'a pas été spectaculaire puisque les oiseaux se sont envolés par petites bandes.

Légère augmenation
2014-04-11

On peut dire qu'il y a eu une légère augmentation du nombred'oies blanches  au cours des deux derniers jours. On est plus près du 175 000. Comme il y a de l'eau dans presque tous les champs, elles sont passablement éparses.  Loin, à l'ouest de la route Janelle, on peut en observer une trentaine de mille au moins, mais les lunettes d'approche sont nécessaires.

Demain matin, nous serons à l'envol des oies ce qui nous permettra de les dénombrer avec davantage de précision. Vers les 8h,  nous communiquerons ici  le décompte. 

D'autres arrivantes
2014-04-09

Cet après-midi on pouvait admirer plusieurs centaines d'oies tout juste devant le village. On peut estimer à qu'environ 25 000 se sont ajoutées au cours des deux derniers jours.  

Au moins 20 000 oies blanches
2014-04-07

Dimanche, deux ornithologues, Suzanne Blackburn et Serge Lemieux ont partagé quelques observations: près de 20 000 oies, la plupart à l'ouest de la route Janelle, donc lumière de face et loin. Ils ont dénoté 3 000 individus à la halte de La Bernache. De plus, ils on observé environ 400 canards pilet et des bernaches du Canada, une centaine de Colvert et un canard d'Amérique. Également quelques buses, Pluvier kildir, hirondelles etc. 

De 30 000 à 125 000
2014-04-07

C'est la progression de l'accroissement de la population de l'Oie blanche en migration à Baie-du-Febvre depuis hier. Et 125 000 se veut une évaluation très conservatrice.

Dimanche à Radio-Canada
2014-04-07

Après la pub et le topo sur la rivière Nicolet, on parle des oies.
 
 

Dans le Journal de Montréal
2014-04-05

Dans le cahier weekend du Journal de Montréal de ce matin, le journaliste Alain Demers publie un excellent texte sur la migration de l'oie blanche à Baie-du-Febvre. Très intéressant.

Une première observation des oies
2014-04-04

On a pu observer cet après-midi une envolée d'une soixantaine d'oies blanches en face du village dans la zone inondable. Bon, ce n'est pas encore tout à fait la migration. Celles-là sont venues prendre une randonnée de reconnaissance. Ce ne sera pas encore l'abondance en fin de semaine c'est pas mal certain. Si la température, pluie et temps chaud se manifestent, il y a ofrt à parier qu'à compter de lundi ou mardi leur nombre va s'accroître rapidement. 

Dans le Journal de Montréal du samedi 5 avril devrait paraître un reportage sur le phénomène de la migration à Baie-du-Febvre. Ce sera probablement dans l'un des cahiers de fin de semaine. 

Nous vous informerons ici de l'évolution de la migration.

TRÈS BIENTÔT
2014-04-03

On nous a rapporté qu'une cinquantaine d'oies blanches auraient été observées dans la route du Pays-Brûlé à Baie-du-Febvre. Il est à prévoir que leur arrivée devrait se faire très bientôt. On sait déjà qu'un grand nombre est cantonné le long du Richelieu. Nous suivons l'évolution de la situation QUOTIDIENNEMENT. Dès leur arrivée, nous vous en informerons.

Dates d'arrivée des premières oies
2014-03-20

Nous avons noté l'arrivée des oies depuis le printemps 2001:

 2013 = 13 mars / 2012 = 12 mars / 2011 = 18 mars / 2010 = 14 mars / 2009 = 16 mars / 2008 = 2 avril / 2007 = 24 mars / 2006 = 13 mars / 2005 = 29 mars / 2004 = 26 mars / 2003 = 24 mars / 2002 = 10 mars / 2001 = 3 avril.

 

 

MIGRATION PRINTANIÈRE
2014-03-20

Non, la migration de l'oie blanche n'est pas encore commencée. Les aires de repos sont encore de glace et de neige. Mais on sait déjà qu'un certain nombre a fait son apparation dans la région de St-Jean-sur-Richelieu et Valleyfield. Encore quelques jours...

MIGRATION AUTOMNALE
2013-09-18

Les oies blanches quittent leur aire de nidification au début de septembre pour entreprendre leur migration vers le sud. Ce parcours de plus de 3 700 km. les mènera sur la côte est de l'Atlantique, principalement au Maryland, en Virginie et en Caroline du nord où elles hiverneront. Cette période migratrice va de la fin d'octobre à la fin de novembre.

 

Chaque individu séjourne environ trois semaines dans la vallée du St-Laurent. Cependant, à toute fin pratique, elles ne s'arrêtent pas à Baie-du-Febvre, simplement parce que la plaine n'est pas inondée par la fonte des neiges comme au printemps. De plus, les champs sont parfois encore en culture. C'est particulièrement le cas du maïs-grain.

Elles se poseront parfois sur le lac St-Pierre, mais à trois ou quatre kilomètre des berges, au-delà de la zone de joncs.

 

Bref, malheureusement, l'autmone n'est guère une période propice à l'observation à Baie-du-Febvre.

Mais nous serons de retour au printemps 2014 pour vous tenir informé de l'état de la migration.

ADN communication, fier partenaire