La migration

L’Oie blanche, ou Oie des neiges, a passé l’hiver sur la côte est des Etats-Unis, du New-Jersey à la Caroline du sud. Après un voyage de 900 km, souvent d’un seul trait, à une vitesse moyenne de 55 km. à l’heure et à une altitude de 1 000 mètres, les premiers vols se pointent au lac St-Pierre généralement à la fin de mars.

Les dernières repartiront deux mois plus tard, pour leur aire de nidification dans l’Arctique. C’est habituellement à la mi-avril que la migration est à son maximum.

Cependant, ces points de repère dans le temps sont soumis aux lois implacables de la nature. En conséquence, les moments de la migration peuvent varier d’une année à l’autre.

En quittant Baie-du-Febvre, l’Oie Blanche se déplace vers l’est dans la région de Cap-Tourmente, puis remonte vers le nord. Les oies entreprennent un périple qui les conduira vers leur aire de nidification des îles de l’Arctique comme l’Île d’Ellesmere à 3 700 km. du fleuve St-Laurent ou à l’Île Bylot à 2 900 km.